>  L'histoire des consoles de Jeu Vidéo - #3 - [1985 - fin 1988]
UNIVERS VIDEOLUDIQUE  –  DOSSIER  Ι  6  septembre  2006  Ι  Pipouïc
 

 Tombé dedans quand j'étais tout petit, en CM2 pour être exact, je m'amuse encore à mon âge avec ces jeux vidéo. Leur histoire est chaotique et pleine de rebondissements, de nouveaux venus, de disparus, une histoire passionante en somme. Je vous propose donc de découvrir l'histoire des jeux vidéo sur consoles.

Je vais essayer de vous présenter les acteurs principaux de cette industrie sans pour autant détailler trop les machines et parler de tout les modèles apparus, pour simplifier la narration.


[1985 - fin 1988] - 1985, le début d'une nouvelle ère : NINTENDO vs SEGA



Sommaire :

  • [1951 - fin 1977] - PONG : la naissance du jeu vidéo - Ici
  • [1978 - fin 1984] - De la salle d'arcade au salon, du succès au bide - Ici
  • [1985 - fin 1988] - Cette page.
  • [1989 - fin 1993] - La génération 16 bits : une bataille acharnée pour la première place - Ici
  • [1989 - fin 1993] - La génération 16 bits : beaucoup de prétendants pour le reste des miettes - Ici
  • [1994 - fin 1998] - La nouvelle ère du jeu vidéo : l'arrivé fracassante de SONY - Ici
  • [1999 - fin 2006] - La dernière génération de consoles de salon et la disparition de SEGA - Ici
  • [1999 - fin 2006] - Du nouveaux dans nos poches : NINTENDO innove et SONY déboule - Ici
  • [CONCLUSION] - Mais que nous réserve donc l'avenir ? - Ici

ligne


1985, le début d'une nouvelle ère : NINTENDO vs SEGA

    La période qui suivra le Crash de 1983, voit l'émergence de nouveaux prétendants à la couronne de dominateur. Deux firmes japonaises vont se distinguer et entrer dans une guerre très fermée où ils eclipseront totalement les concurrents. Bien sûr, leurs histoires commencent avant 1985, nous allons le voir. L'époque est trouble, le marché du jeu de salon n'est plus du tout populaire, mais il y a une place à prendre, c'est ce que va faire NINTENDO.


La réorientation étonnante de NINTENDO

    On peut dire sans réserve que NINTENDO est l'un des moteurs de la renaissance et de la diffusion des jeux vidéo dans nos salon. Sans lui, cette industrie n'aurait certainement pas atteint son statut actuel d'incontournable du divertissement.
La firme, fondée en 1859 par Fasujiro YAMAUCHI à Kyoto, est leader dans son domaine : la fabrication de cartes à jouer. Dans les années 1950, Hirohi YAMAUCHI hérite de la société familiale Nintendo à l'âge de 22 ans. Ce jeune chef d'entreprise, ambitieux, ne compte pas rester conservateur. Il va même jusqu'à développer une activité, plutôt surprenante et qui n'a pas de rapport avec les jeux vidéo. Pour faire simple, c'était des Love Hotels que l'on loue pour quelques heures ... vous voyez ...

    La création de la division jeux de NINTENDO remonte à l'année 1976, au main d'un certain Gunpei YOKOI, personnage emblématique de " BIG N ", ce qui bouleversera à jamais le paysage vidéoludique. Inspirés par l'Odyssey et les premières bornes d'arcade d'Atari, les dirigeants de NINTENDO commence à lorgner du côté des nouvelles technologies et envisagent de mêler électronique et jeu. Leurs travaux débouche sur la mise au point, avec l'aide de MITSUBISHI, qui possédait les composants trop cher pour NINTENDO à fabriquer seul, la Color TV Game. Voici des images des différentes versions de cette machine qui se sont succédées.

X X X

    De plus, NINTENDO joue sur le front des bornes d'arcades. Une autre personne, très connue aujourd'hui, Shigeru MIYAMOTO, s'occupe de cette branche arcade et donne naissance à Donkey Kong et Mario. Pour mémoire, MIYAMOTO avait été engagé à contrecoeur par YAMAUCHI, pour rendre service à un ami qui ne savait plus quoi faire de son cancre de fils. Arriveront plus tard sur le marché les premiers systèmes de jeu portatif : les " Game & Watch "en 1980. Il en existera certain avec un écran, d'autres à deux écrans (les précurseurs de la DS ?).

X X X

    NINTENDO survit tout de même au " Crash " qui frappe la majorité des marchés mondiaux, comme un effet boule de neige, et cela grâce à sa fortune déjà ammassée. La nouvelle donne est la suivante : le jeux vidéo migre vers les micro-ordinateurs et revient petit à petit dans les salles d'arcades. Nous voici maintenant arrivé début année 1985. Cette année 1985, Gunpei YOKO de NINTENDO est à l'origine d'un concept et brevet : le D-Pad, ou croix directionnelle.

    Cette croix-directionnelle brevetée est donc exploitée dans la nouvelle machine : la N.E.S. (Etats Unis et Europe) ou FAMICOM (Japon). Avec la NES, NINTENDO tente de faire revenir le jeux vidéo dans nos salons et il réussit d'une façon phénoménale sur les trois marchés.
L'une des clés de cette réussite sera sans conteste Mario Bros qui deviendra une véritable icône de la culture numérique. De plus, Duck Hunt, jouable avec le fameux pistolet, le Zapper assure lui aussi sa dose de convivialité.
La politique très agressive de Nintendo fera également recette. NINTENDO casse le prix de la console afin de la rendre attrayante, augmentant en revanche le prix des jeux, et touche de très " grasses " roaylties sur les cartouche de jeux.
En 1986, Elle va lancer seulement sur le marché japonais un périphérique révolutionnaire permettant de télécharger les jeux, le Famicom Disk System (à disquette comparable à une disquette 3,5 pouces). C'est sur la NES que naîtront les plus grandes licences Nintendo tels que Metroid, Super Mario Bros ou encore The Legend of Zelda (1986, 6 millions d'exemplaires).
Le marché se développe tellement qu'on assiste, en 1988, à une véritable pénurie de microprocesseurs chez NINTENDO.

X X X X

    La firme de Kyoto a eu tout de même un challenger de taille : SEGA, et on peut dire qu'un peu de concurrence ne fait pas de mal. Le monde du jeu va connaître sa première vraie guerre, qui va s'étendre aux joueurs eux mêmes. En effet, les joueurs s'identifient à la marque qu'il supporte et à l'image qu'elle véhicule : NES contre Master System. Les arguments puérils fusent : " Nintendo c'est pour les filles, la Master System c'est pas puissant... etc ".


La naissance d'un challenger : SEGA

    Revenons en 1954, David Rosen, américain arrivé au Japon, fonde, à Tokyo la société Rosen Enterprises qui s'appropriera une société plus ancienne, Standard Games. A ses débuts, elle exporte des oeuvres d'arts avant de se tourner vers l'importation de cabines photomatons et autres jeux mécaniques.
Le nom SEGA vient de la contraction de Service Games Of Japan, nouveau nom suite à la fusion précédente. De plus, Rosen Enterprises s'offre également une société spécialisée dans les juke-box. Au passage, elle gagne beaucoup d'ouvriers et pas mal d'usines à travers le Japon.

Au cours de l'année 1966, David Rosen et donc SEGA ne se contente pas de rester importateur, devenant lui-même producteur de jeux mécaniques. Le premier jeu à sortir est Periscope : un simulateur de combat sous-marin. Il a été un gros succès aussi bien au Japon qu'aux Etats Unis. En 1969, Gulf And Western Industries rachètent SEGA, qui garde son nom, et cela marque le début d'un réel penchant pour les jeux vidéo à travers l'arcade.

X

    A partir de 1977, SEGA se tourne vers l'Atari VCS2600, mais peine grandement à se faire remarquer avec des productions mineures même si quelques succès voient le jour comme Frogger ou Zaxxon. Ces petits succès les décident de sortir leur propre machine en 1983 sur le marché japonais : la SG 1000 appelée aussi MARK I (et son équivalent micro-ordinateur la SC 3000 en 1984, YENO en France). Cepandant, ce fut un cuisant échec et aussi pour l'amélioration, appelée MARK II, la SG 1000 II .
Les images suivantes représentent ces machines dans l'ordre précédent.

X X X

    En plus de ces échecs, la firme subit de plein fouet le retour de bâton de début 1984, ce crash pousse Gulf & Western Industries à se retirer. SEGA sera repris alors par BALLY et un groupe d'investisseurs nippons qui placeront à sa tête : Yu SUZUKI et Yuji NAKA.
En 1985, SEGA retente sa chance sur le marché des machines de salon avec la MARK III et réalise de bonnes ventes au Japon en comparaison de ces autres machines de la marque. Encouragés par l'énorme succès de NINTENDO, la machine est redessinée et introduite en 1986 aux Etats Unis sous le nom : MASTER SYSTEM mais sera en face d'une machine (NES) qui possède près de 90 % de part de marché. Elle arrivera en 1987 en Europe sous le même nom, où elle a plus de chance avec 30 % de part de marché à pourvoir.
Divers accessoires feront leur apparition tel un pistolet, comparable au Zapper NES ou une paire de lunettes 3D, formidable outil pour qui souhaite apprendre à loucher en moins de 10 secondes.

X X X X X

    La guerre est ouverte, et dominée par NINTENDO dans premier temps. Sega peine à faire face à la suprématie de son concurrent et commet quelques impairs : il refuse de collaborer avec les éditeurs tiers. Le nombre de jeux, certes faible est compensé par des exclusivités SEGA, tel Alex KID qui devient un temps mascotte de SEGA avant SONIC.


>  Mot clé :  histoire  jeux  videos  console  sega  nintendo  sony  atari  snk  


AUCUN COMMENTAIRE



>  0 Commentaire    >  0 Note : X/10  O    >  Commenter et noter !    >  Partager cet article (Email)    >  Charte
Création de Pierre - Loïc Courtial - 2007 à 2016 - Droits réservés
Du même créateur : pierreloiccourtial.fr - programmesculturels81.fr - cb1000r.plc-blog.fr
O
RECHERCHE   -   ACCUEIL
O  O  O  O  O